Fin de la bataille des Pyrénées. Wellington pourchasse l’armée française en France.

Centurie IV. Quatrain 70.

Bien contiguë des grands monts Pyrénées,

Un contre l’aigle grand copie adresser :

Ouvertes veines, forces exterminées,

Que jusqu’à Pau, le chef viendra chasser.

ANNÉE TROUVÉE : 1814. Fin de la bataille des Pyrénées. Wellington pourchasse l’armée française en France.

 

Explications :

« Bien contiguë des grands monts Pyrénées, un contre l’aigle grand copie adresser ». L’histoire : la bataille des Pyrénées fut une offensive de grande envergure lancée le 25 juillet 1813 par le maréchal Jean-de-Dieu Soult, dans la région des Pyrénées sur ordre de Napoléon Ier (« l’aigle »), dans l’espoir de soulager les garnisons françaises en état de siège à Pampelune et à San Sebastián («Bien contiguë des grands monts Pyrénées »). Après le succès initial de l’offensive, les troupes françaises firent face à une résistance accrue des Alliés sous le commandement d’Arthur Wellesley, marquis de Wellington (« un contre l’aigle grand copie adresser »). Perdant environ 13 000 hommes, Soult échoua à secourir les forteresses de Saint-Sébastien et de Pampelune, et dut se replier sur le sol français avec une armée affaiblie et démoralisée. Les troupes françaises perdirent au total 1 313 tués, 8 582 blessés et 2 702 prisonniers. Sur 1 318 officiers français, 423 furent mis hors de combat. Les pertes de Wellington pour l’ensemble de cette campagne furent d’environ 7 000. Le deuxième affrontement eut lieu à San Marcial, fin août 1813.

 

« Ouvertes veines, forces exterminées, que jusqu’à Pau, le chef viendra chasser ». L’histoire : après la défaite des Français à la bataille des Pyrénées, le maréchal Jean-de-Dieu Soult se replie et détruit tous les ponts du gave d’Oloron. Il concentre ses troupes à Bayonne, qui est le théâtre d’une bataille, mais surtout près d’Orthez. De leur côté, les Coalisés réussissent à franchir le gave de Pau (« Ouvertes veines, forces exterminées, que jusqu’à Pau ») et se rapprochent d’Orthez.. D’autres troupes coalisées arrivent au sud d’Orthez et se disputent la ville. Le maréchal Soult évacuera la ville et se dirigera vers Toulouse, suivi, pourchassé (« chasser ») par les Coalisés avec à leur tête le maréchal duc de Wellington (« le chef »).

 

Signification du quatrain :

En 1814 et à côté du massif des Pyrénées, Un chef militaire lèvera de grandes troupes contre Napoléon 1er. L’armée française étant exterminée, les routes pour envahir la France ne seront pas protégées et il viendra la chasser jusqu’à Pau.

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0 (http ://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr)

Source : ArticleBataille d’Orthez (1814) de Wikipédia en français (http ://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_d%27Orthez_(1814)).

 Source : ArticleBataille des Pyrénées de Wikipédia en français (http ://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Pyr%C3%A9n%C3%A9es).