1797. Les insurrections antifrançaises en Italie. Les Pâques véronnaises.

Centurie IV. Quatrain 78.

La grande armée de la pugne civile,

Pour de nuit Parme à l’étrange trouvée :

Septante-neuf meurtris dedans la ville,

Les étrangers passés tous à l’épée.

ANNÉE TROUVÉE : 1797. Les insurrections antifrançaises en Italie. Les Pâques véronnaises.

 

En Italie, les insurrections antifrançaises sont des révoltes qui éclatent entre 1796 et 1814, pendant la période où une partie de la péninsule italienne se trouve sous domination française. Elles ont lieu dans les territoires occupés par les armées de la France révolutionnaire, dont cette dernière a fait des républiques sœurs, avec l’aide des sympathisants et des Jacobins du cru. Elles débutent avec la première campagne d’Italie conduite par Napoléon Bonaparte et prennent fin en 1814, avec son abdication.

 

L'histoire : Napoléon révolutionne la structure politique de la péninsule : les anciennes monarchies sont, pour la plupart, balayées et remplacées par des Républiques sœurs, prenant modèle sur les institutions de la France révolutionnaire. Le Piémont et la Toscane sont annexés à la France. Le nord de la péninsule est divisé en République Cispadane, suivie par les Républiques Cisalpine, Ligurienne, Romaine, Napolitaine et Lucquoise. Ces bouleversements sont accompagnés d’une pression fiscale irraisonnée, de levées de troupes très impopulaires, de manifestations délibérées d’impiété, de pillages et des excès habituels de la troupe. Les princes, depuis leur exil en Sardaigne ou en Sicile, et la papauté prennent appui sur l’impopularité des occupants pour favoriser de nouveaux mouvements insurrectionnels qui accompagneront la décennie, avec leur cycle d’atrocités et de répression aveugle, jusqu’à la fin de l’Empire et le retour à l’ordre antérieur.

 

Explications :

« La grande armée de la pugne civile, pour de nuit Parme à l’étrange trouvée » : « la grande armée » est l’armée impériale de Napoléon Ier (de 1804 à 1814) et ensuite pendant l’épisode des Cent-Jours en 1815.

 

Le mot italien « pugne » signifie combat et « pugne civile » sont les révoltes qui éclatent, entre 1796 et 1814, pendant la période où une partie de la péninsule italienne se trouve sous domination française.

 

« Parme » est la ville italienne de la province de Parme, dans la région d’Émilie-Romagne. Sa devise est : « Que les ennemis tremblent car la Vierge protège Parme ». Située entre la chaîne des Apennins et la plaine du Pô, la ville est divisée en deux par la rivière Parma, affluent du Pô. En clair, ces deux premiers vers signalent qu’une grande armée interviendra à l’étranger pour combattre des insurrections civiles, dont plusieurs à Parme.

 

L’histoire: en 1801-1802, dans les anciens duchés de Parme et de Modène, des insurrections ont lieu avec le retour des Français. Elles commencent dans les campagnes de Modène (Modène, Sassuolo, San Felice), puis aux alentours de Reggio. Dans les années qui suivent, des bandes de dissidents parcourent les campagnes et s’en prennent aux postes français. En 1805-1806, le mouvement reprend dans l’ancien duché de Parme après une levée en masse extraordinaire de 6000 soldats décrétée par l’occupant. En décembre 1805, Castel San Giovanni ouvre les hostilités. Il est suivi par Salsomaggiore, Pellegrino, Pontremoli, Bobbio, Castellarquato et Borgo Val di Taro. À la tête de milliers d’insurgés, sont présents Giuseppe Brussardi, surnommé « Generale Mozzetta » (à Parme), Agostino De Torri, surnommé « Foppiano » (à Plaisance). À la fin du mois de janvier 1806, les Français remportent plusieurs victoires sur les insurgés. La révolte se termine après l’incendie du village de Mezzano Scotti, suivi d’une série de procès et de condamnations à mort.

 

« Septante-neuf meurtris dedans la ville, les étrangers passés tous à l’épée » : Il s’agit ici de l’épisode des Pâques véronnaises, qui eu lieu à Vérone le 17 avril 1797, pendant lequel les Vénitiens (essentiellement les Véronais) se révoltèrent contre l’armée française de Bonaparte. Ce massacre se déroule quand Napoléon Bonaparte négocie le traité de Leoben en Autriche.

 

L’histoire : le général français Balland qui commandait cette place, prévoyant une révolte, s’enferme avec le peu de troupes placées sous ses ordres dans le fort Saint-Félix et dans les deux autres châteaux. Balland n’avait laissé à la garde des portes de la ville que le nombre d’hommes nécessaire. Des agents de l’administration et environ 600 malades se trouvaient ainsi sans défenseurs. Le lundi 17 avril, le jour de la seconde fête de Pâques et après les vêpres, le tocsin (« pour de nuit ») sonna en même temps à Vérone, à Vicence, à Padoue. Dans ces deux dernières villes, les Français échappèrent au massacre. Mais à Vérone, les rues et les places publiques se remplirent, les portes de la ville furent capturées. Tous les Français isolés (« Septante-neuf meurtris dedans la ville, les étrangers ») qui vivaient dans les maisons particulières furent assassinés, sans distinction d’âge, d’état, ni de sexe, dont notamment des malades, des blessés et des femmes enceintes. Plusieurs Véronais soupçonnés d’être partisans des Français furent également tués (« passez tous par l’épée »). En représailles, le général Bonaparte fit envahir les États de Venise, exigea et obtint l’abandon du pouvoir par l’aristocratie vénitienne. La république de Venise fut cédée ensuite à l’Autriche par le traité de Campo-Formio en octobre 1797.

 

Signification du quatrain :

En 1797, une grande armée interviendra à l’étranger pour combattre des insurrections civiles, dont plusieurs à Parme. Dans une ville, soixante-dix-neuf personnes mourront. Tous les étrangers seront tués.

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0 (http ://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr)

Source : ArticleInsurrections antifrançaises en Italie de Wikipédia en français (http ://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrections_antifran%C3%A7aises_en_Italie).

Source : ArticleGrande Armée de Wikipédia en français (http ://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Arm%C3%A9e).

Source : ArticleParme de Wikipédia en français (http ://fr.wikipedia.org/wiki/Parme)