Le plus grand prophète de tous les temps, Michel Nostradamus a codé et daté tous les quatrains de ses douze célèbres centuries. L'auteur de cet ouvrage, après treize années de recherches sérieuses a réussi à trouver la formule mathématique permettant de déchiffrer et dater chaque quatrain des centuries. Pour la première fois au monde, vous trouverez les dates des événements du futur.

La première centurie datée et commentée

NOSTRA DATES Tome 1.

Publié le 14 juin 2019.

Vous allez découvrir:

2023: la fin de l'ONU.

2027: victoire d’Israël en guerre contre l'Iran.

2030: invasion musulmane et bataille à la Seyne sur Mer et Marseille.

2031: pillages et morts à Sète et Martigues.

2038: la fin de la station orbitale ISS.

PHOTO 16.JPG
 

Disponible en format papier ou E-book chez l'éditeur Bookelis.com et en librairie.

Nostradamus. Les systèmes de codages

Les systèmes de codages ont été utilisés de tout temps afin de dissimuler et transmettre des informations militaires, financières ou politiques. Il existe des milliers de systèmes de codages qui seraient ici trop longs à énumérer. Tout codeur a obligatoirement besoin d’un décodeur. Le décodeur doit comprendre le système de codage du codeur. Dans notre cas, les informations à cacher sont les dates, les lieux des événements à venir, (catastrophes naturelles ou non, guerres ou autres nouvelles). Le codeur doit donc apprendre à son décodeur son système de codage. La plupart du temps, le codeur lui donne des cours. Il lui explique la méthode de codage qui sera consignée dans un manuel d’instructions. Les choses se gâtent quand le codeur doit faire comprendre son code à un futur décodeur qui devra intervenir sur ses textes cinq siècles plus tard. Il devra fournir le code dans un ou des manuels d’instructions cachés dans des livres ou documents qu’il aura préalablement écrit. C’est exactement la méthode qui a été utilisée par Michel Nostradamus. Il a caché son code dans son « testament, le Traité des Fardements et Confitures etc. ». Il a aussi placé des mots-clefs (des noms, prénoms, des noms de lieux fréquentés par le décodeur) pour éveiller son attention, et lui faire comprendre qu’il a les bons documents pour trouver le code. Mais attention, ces documents doivent être utilisés dans un ordre bien défini (certains pour la forme écrite, « les lettres supérieures », d’autres pour le chiffre « le trou du plat » : les scholiastes de Michel Nostradamus comprendront).

 

Au début la tâche est ingrate, car le décodeur ne connaît rien de tout cela. Je me rappelle avoir regardé les quatrains d’un air dubitatif. Par quoi commencer ? Pourquoi y a-t-il 12 centuries, à quoi servent les numéros des quatrains etc. Je devais tout imaginer.

 

Michel Nostradamus a composé ses textes avec la langue d’usage utilisée à l’époque, c’est-à-dire pour nous « le vieux français ». L’écriture des mots n’est pas identique à celle que nous utilisons aujourd’hui, les expressions d’usage ont changé, et pour couronner le tout, le codeur a agrémenté ses textes et quatrains de mots typiquement provençaux, ajoutant aussi des mots anglais, allemands, du latin, et cerise sur le gâteau, des textes et quatrains en langues grecque et espagnole.

 

La deuxième difficulté, et non la moindre, consiste à vérifier l’écriture des quatrains dans les différentes éditions des centuries. M. Robert Benazra, dans son excellent « RÉPERTOIRE CHRONOLOGIQUE NOSTRADAMIQUE » en a dénombré 170. J’ai travaillé sur les quatre premières éditions (1 555, les deux de 1557, et celle de 1568). Dans ces quatre éditions, les quatrains ne sont pas toujours identiques. Par exemple dans le quatrième vers du premier quatrain de la première centurie, le mot « proférer » (édition Macé Bonhomme 1555) est remplacé par « prospérer » (édition Antoine du Rosne, 1557) et par « spsper » (édition Benoist Rigaud 1568). L’orthographe est souvent différente, la ponctuation aussi, des mots sont ajoutés ou supprimés. Le décodeur devra travailler sur le quatrain dont le sens des mots lui paraît le plus cohérent, ce qui triple ou quadruple le temps de décodage de chaque quatrain. Viennent ensuite les erreurs d’impression, ce que l’on appelle en typographie les coquilles, les qualités des différentes copies des éditions. J’ai compris qu’il était préférable de travailler sur les premières éditions de Michel de Nostredame, car j’avais depuis longtemps constaté que ses textes avaient été trafiqués par les nombreux interprètes en fonction de ce qu’ils voulaient faire dire aux quatrains.

 

En général, chaque quatrain est un travail d’orfèvre et peut contenir une multitude d’informations, à savoir, les ans, mois et jours d’un événement, les noms des lieux avec leurs positions (latitudes et longitudes) sous des formes mathématiques différentes.

Michel Nostradamus. Son Système de codage.

Beaucoup de lecteurs ont été surpris de voir un livre traiter les prophéties de Michel Nostradamus, édité avec une couverture et une quatrième de couverture qui ne soient pas tristes. La plupart du temps, les couvertures des livres consacrés au prophète sont agrémentées d’images de catastrophes

(avec des photos de missiles, d’explosions nucléaires, raz de marée etc.) et même quelquefois avec un dessin de la tête du prophète à faire des cauchemars.

 

Sur cette couverture résolument moderne, j’ai délibérément choisi d’indiquer à la vue de tous, une partie du secret du codage des quatrains. En premier, vous voyez des notes de musiques sur une portée musicale.

 

Pourquoi des notes de musique ?

 

La base même des calculs astronomiques (et non astrologique) du prophète sont des notes de musique. Regardez dans les quatrains, il y en a partout. Exemple: Voici le premier vers du premier quatrain: Estant asSIs de nuit secREt estude. Nous avons donc déjà deux notes: SI et RÉ, soit 7 et 2 = 72 (ces notes doivent être dans un ordre mathématique précis, et je me garderai bien de vous donner ce secret). En second, vous voyez des petites formules mathématiques : 3743 = 2019, 3375 = 1789, 3631 = 1945 etc. C’est le deuxième grand secret de Michel Nostradamus. Il s’agit d’une conversion mathématique du mode octal en mode décimal.

 

Qu’est ce que le mode octal ?


 

Le système de numération octal est un système de numération à base 8. D’après l’ouvrage de Donald Knuth’s, The Art of Computer Programming, il fut inventé par le roi Charles XII de Suède. Pour rappel, Charles XII ou Carl de Suède est né le 17 juin 1682 et est mort le 30 novembre 1718. Il fut le roi de l’Empire suédois de 1697 à 1718. Michel Nostradamus avait donc connaissance du système de numérotation octal un siècle et demi avant la « découverte » du roi suédois. En réalité le décompte octal était utilisé à la place du décompte décimal par les paysans et commerçants qui comptaient soit les trous entre les doigts ou les doigts différents des pouces.

 

Avec le système de numérotation en octal, on compte de 0 à 7 (soit 8 chiffres), contrairement au décimal où l’on compte de 0 à 9 (soit 10 chiffres). À partir du chiffre 7, on incrémente (on ajoute 1) qui est le chiffre des décimales et on remet le chiffre des unités à 0. Le chiffre décimal 8 devient en octal 10, le 9 devient 11, le 17 = 20 etc.

 

Le prophète a donc utilisé les sept notes de musique Do = 1, RÉ = 2… SI = 7 et les a juxtaposé à la numérotation en octal. Vous allez me dire qu’il n’y a pas de note de musique zéro, qu’il manque le chiffre zéro… Alors qu'en mode octal il y a 8 chiffres. Et bien ce problème est vite résolu par une petite addition.

 

Exemple : vous voulez afficher en décimal l’année 2000, il suffira d’ajouter le chiffre 1 à l'année 1999. En octal 1999 = 3717, soit les notes MI, SI, DO, SI, auquel on rajoute un DO = 1, afin d’obtenir, (toujours en octal) le nombre 3720, soit en décimal l'année 2000. Il suffit ensuite de camoufler dans les textes les notes de base plus la note additionnée et le tour est joué. Il fallait y penser. Vous connaissez donc maintenant les deux grands principes de base du codage des quatrains. Vous admettrez tout de même, que les dizaines de milliers de « chercheurs  Nostradamiens » auraient dû voir ceci (ce SI ou ce La, à votre convenance).

Les livres Nostra Dates sont disponibles en librairie et chez l'éditeur Bookelis.